Schneider-Nobs, Elsy: Unterschied zwischen den Versionen

K (Textersetzung - „== Weblinks UB Bern ==“ durch „== Bestände UB Bern ==“)
(Quellen)
 
Zeile 18: Zeile 18:
 
{{Quelle|QUELLE=BBSS|DATUM=1993}}
 
{{Quelle|QUELLE=BBSS|DATUM=1993}}
  
{{Normdaten|LCCN=n/20/03051275|VIAF=91022854}}
+
{{Normdaten|PND=1116556030|LCCN=n/20/03051275|VIAF=91022854}}
  
 
[[Kategorie:A_bis_Z]]
 
[[Kategorie:A_bis_Z]]

Aktuelle Version vom 20. August 2019, 09:17 Uhr

Elsy Schneider-Nobs (* 2.8.1922) Aide-mécanicien

Persönlicher Beitrag

Née à Choindez. Au fond d'une cluse. Dans une usine. Avec comme seul horizon des rochers sur lesquels, tels des clowns acrobates, grimaçaient des pins. Le ciel, là-haut, n'était qu'une lucarne ovale laissant passer le soleil avec parcimonie, et criblant les étoiles plus chichement encore. Rêves d'évasion, au fond de ce trou noir: des espaces de pure lumière, des mers sans fin. Lectures pour alimenter ces rêves. Ecriture... dans des blocs-notes, carnets, cahiers. Tout détruit, par peur de l'oeil moqueur des autres. Ecole primaire à Choindez. En allemand d'abord. Ensuite en français, du jour au lendemain. Ecole secondaire à Courrendlin puis Ecole Normale des istitutrices à Delémont. C'est la guerre. Les places de "régente" sont rares. Effectue plus de 40 remplacements avant d'être nommée à Roches. Y enseigne pendant deux ans. Se marie à Renan. Met au monde trois enfants. Devient conseillère communale à Renan. Dépourvue d'esprit politicard. Se passionne pour l'élaboration d'une brochure d'acceuil et fonde un petit journal local. Déménage à Ipsach. Revient à St-Imier. Se lance dans la mécanique. Travaille le fer et l'acier, l'alu, le laiton. L'usine l'a rattrapée. Mais elle écrit toujours. (ca. 1994)

Auszeichnungen

  • Prix Miroir 89, RSR 1989

Weblinks

Bestände UB Bern

Quellen

Dieser Text entstand auf Grundlage der Bibliographie Berner Schriftsteller.